En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

AG de la Fédération à Chenôve: deuxième journée
le 23-02-2020
par Philippe Perroud
L'Assemblée Générale se poursuit à Chenôve

(Php)

Les travaux de l'AG ont repris ce matin. Le premier intervenant est Stéphane Fournier, pour la cellule DEF. Il rappelle en quoi consiste « ce bébé né en janvier 2018 et qui arrive donc au moment de faire ses premiers pas ». Concrètement, cela correspond à la mise en place des appels à projet.
Les interventions dans l’AG démontrent que la philosophie de cette cellule DEF est parfois mal comprise : « il ne s’agit pas d’imposer quoi que ce soit et surtout pas des contraintes, je comprends que cela ait pu agacer ou faire peur, mais on est là juste pour vous aider et travailler avec vous » souligne Stéphane Fournier.
>>>Pour en savoir plus sur les appels à projet : 

Stéphane Fournier (Php)

>>>ANS. L’Agence Nationale du Sport qui « remplace » le CNDS (Centre National Développement du Sport) se met en, place. Philippe Coquet indique que la FFSB disposera à l’ANS d’une enveloppe en légère augmentation par rapport à celle dont elle bénéficiait auprès du CNDS. Avec une contrainte qu’elle fonctionne d’abord pour les associations sportives alors qu’actuellement, 25% des aides vont vers elles.
>>>Réformes sportives. La M2 réunissant actuellement 112 formations va en conserver 96 avec le même mode de fonctionnement. Les 16 autres seront celles qui s’engageront dans la Ligue Sport-Boules M2 qui doit voir le jour la saison prochaine, sur le même modèle et le même fonctionnement que la M1, avec dix journées imposées. 
Au-delà de la Ligue Sport-Boules M1 et bientôt M2, les aménagements concernent aussi la M3. Un article plus détaillé est prévu dans le prochain numéro de Sports-Boules Magazine. A l’image de l’intervention du Tarbais Jean-Pierre Dô, les comités font part de leur besoin d’explications. Hubert Chanel confirme qu’il effectuera les déplacements en ce sens.
>>>Pas de question pour le DTN. Jacques Faresse, DTN de la Fédération depuis le 15 septembre 2009, a indiqué qu’il « fera dans les prochaines semaines un point sur (son) avenir dans le sport-boules », sachant que ses fonctions prendront fin avec le mandat de l’équipé fédérale en place, soit en décembre 2020, et que ce sont les dirigeants futurs qui seront maitres des choix à effectuer. 
Le DTN a dans son allocution évoqué ses rapports avec Philippe Coquet. 
« Le choix du président de ne pas se représenter lui appartient. Certains lui ont reproché de bien s‘entendre avec le DTN, heureusement on n’a pas toujours été d’accord, mais heureusement on a le plus souvent travaillé en harmonie. Heureusement, car les Fédérations où le couple président/DTN fonctionne mal sont des fédérations qui ne fonctionnent pas bien. Le travail de la DTN a toujours été discuté et validé par les instances de la Fédération».
L’Assemblée Générale n’a pas posé de question à l’issue de son intervention.
>>>La réforme de la CMSB. Claude Azema, président de la Confédération Mondiale du Sport des Boules, a donné une information sur la réforme de cette institution, dont la dissolution vient d’être votée et qui sera effective le 26 avril. Le projet est de la remplacer par la Fédération Internationale des Sports de Boules. Les statuts, dont les travaux sont en cours et auxquels participe Jean-Claude Poyot, prévoient une transformation dans l’approche de l’organisation de ce regroupement : « ce ne seront plus des disciplines, ce seront des pays, avec une autonomie financière, règlementaire et d’action » précise le dirigeant. 
>>>Candidature olympique. Claude Azema est également revenu sur l’échec de la candidature olympique du sport des boules. Il a indiqué que l’accélération du calendrier mise en place par le CIO pour la désignation des disciplines retenues avait pénalisé la candidature. « On a répondu aux critères du CIO qui a son mode de fonctionnement et de prise de décision » a-t-il indiqué. « On n’a pas été retenu mais on n’a pas été écarté non plus, comme c’est le cas du karaté ». Une manière de dire l’intérêt que peut avoir le sport des boules à prendre part à l’opération de promotion sur la France avec une dizaine d’autres sports non olympiques, mais dans le cadre de Paris 2024. Une opération pendant les JO est également envisagée.




Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales