En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Ligue M1: Rumilly est-il intouchable ?
le 11-02-2020
par Philippe Perroud
Quatre garçons dans le bon vent

Persico, Benoit, G.Chirat, Belay : le quatre majeur de la formation Challamel est en train de dominer la Ligue M1. A vérifier ce vendredi et samedi à Feurs, lors de la cinquième étape de la Ligue M1.

Une image qui pourrait encore se répéter (Php)

Au tiers du calendrier, une formation s’est échappée au classement et pèse déjà lourdement sur la Ligue M1 : Rumilly, vainqueur des deux dernières étapes, est en train de poser son empreinte sur la compétition. Les données chiffrées commencent à être impressionnantes :
-En quatre étapes, trois finales dont deux gagnées. Une seule élimination en groupe, à Feurs, avec deux parties gagnées dans une égalité à trois avec… Condro et Didona, 3e et 5e du classement général actuel…
-12 points d’avance sur Sète, deuxième, 30 sur le cinquième (Saint-Vulbas) : sa place dans le top 4 (sachant qu’il y aura quatre équipes qualifiées pour la finale de Bessenay) est déjà très solide.
-Rumilly reste sur 10 victoires consécutives alignées à Dardilly puis à St-Vulbas, (dont 4 par 13-0) pour un total, sur 19 parties jouées en quatre étapes, de 17 victoires et 2 défaites. Pour comparaison, le bilan de Sète, 2e au classement général est de 18 parties jouées, 12 gagnées, 6 perdues.
-Ses quatre joueurs trustent le classement des meilleurs tireurs (G.Chirat, Belay) et des meilleurs pointeurs (Persico, Benoit) depuis le début de la compétition. 

Le classement des pointeurs et des tireurs s'habille en orange (image Ligue M1).

Les chiffres confirment le ressenti qui se dégage sur et autour des jeux. « Ils vont finir avec combien de points d’avance ? » se demande un adversaire, qui propose, mi-figue mi-raisin : « il faut peut-être les mettre hors concours ? »
Ils le sont déjà, d’une certaine manière : « contre eux, on a quoi ? 10% de chances de gagner, surtout en jeux couverts » reconnaissait Régis Faure à Saint-Vulbas. Opposé à Rumilly en première partie de groupe, le boss de Valencin ne s’est pas caché pour reconnaitre « jouer la deuxième place du groupe ». Battu 12 à 3, Faure a fait mieux que Mancuso et Levieux, bagués par la formation de Challamel, et ses trois points faits contre Rumilly se sont révélés avoir été un bon calcul.
L’équipe a trouvé un équilibre qui semble quasiment parfait avec son quatre majeur : Pascal Persico, Jérôme Benoit devant, Grégory Chirat et Sébastien Belay au tir. Ils sont tout simplement 1er et 2e dans les deux classements de pointeurs et des artilleurs. Cela revient à dire que Rumilly possède les quatre meilleurs joueurs du moment à chaque poste. 
En quadrette, tout commence par le point. La première boule jouée dans une mène est celle du pointeur en premier, dont le rendement peut donc être un baromètre dans une équipe. Persico avec 80% de boules qui rentrent dans les critères statistiques qui déterminent les boules bien pointées, est numéro 1 à son poste. « Il est dans un fauteuil, il pointe souvent dans un jeu vide parce que Rumilly a aussi souvent la marque. Le jeu d’attaque de son équipe est efficace avec des tireurs ayant de gros pourcentages, il a donc la plupart du temps un jeu propre pour pointer ses boules de complément. Cela devient encore plus facile, il a très rarement des prises difficiles à réaliser » constate avec gourmandise Gérard Gondrand.
Mais il faut affiner les lectures statistiques pour constater que si chaque joueur domine à son poste, Rumilly se montre aussi très efficace sur les boules de complément : le pointeur en second, Jérôme Benoit signe un 68% au point (8/9 à St-Vulbas) et le tireur en second, Grégory Chirat affiche 82% au point (42/49 sur les deux étapes gagnées à Dardilly et St-Vulbas). 
Tout comme Xavier Challamel, Alain Thévenin observe les parties en spectateur depuis un bon moment, puisque cette composition est devenue inamovible. « Ils ont la cohésion et la cohérence, et sont efficaces, les statistiques aussi parlent » souligne Alain. Il ne lui a pas échappé non plus que depuis le passage de Belay en tireur en premier, la formation affiche son meilleur rendement collectif et individuel.

Rumilly a souvent la marque (Php)

« Certes il a parfois fallu batailler, mais dans l’ensemble on a montré un beau jeu » constate Jérôme Benoit. « C’est la confiance entre nous tout simplement qui nous permet d’être à ce niveau ». La confiance et la grinta : les adversaires de Rumilly auraient tort de croire que l’investissement physique et mental de cette équipe se limite à des tapes dans le dos et se commande d’un claquement de doigts.
Cependant, la domination de Rumilly s’affirme surtout depuis les deux étapes gagnées à Dardilly et à Saint-Vulbas : il convient donc de remettre en perspective le contexte. Rumilly n’est pas seul au monde : Annecy et Lyon Métropole ont aussi gagné une étape, Sète a joué deux finales, et ce top 4 se détache d’ailleurs nettement au classement (St-Vulbas 5e, a 14 points de retard sur le 4e, Annecy). 
Mais la formation Challamel (qui a aussi un palmarès éloquent sur les dernières saisons) s’est mis une telle pancarte dans le dos qu’il va être intéressant désormais de voir si cela lui pèse ou si c’est l’adversité qui la trouve trop lourde…



Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales