En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Super 16 de Trévoux : Sébastien Belay ouvre un troisième front
le 10-05-2019
par Philippe Perroud
"Quand on joue c’est pour gagner, quand on organise c’est pour réussir aussi"

Sébastien Belay est comme de nombreux joueurs, sur deux fronts tout au long de la saison : il évolue sous le maillot de Saint-Vulbas en club sportif, et dans la quadrette de Rumilly (Challamel) en traditionnel.  Il a ouvert un troisième front en endossant le rôle d’organisateur du Super 16 de ce week-end.
Originaire d’Arnas, le jeune international reste fidèle à ses racines et à son secteur bouliste de Rives de Saône. A Trévoux, où il a aussi été footballeur, il a souhaité que le Super 16 vienne faire étape sur les magnifiques jeux situés en bord de Saône. Mais il ne s’est pas contenté de le souhaiter, il a beaucoup contribué à le faire. Monique Prudent s’en réjouit, qui définit Sébastien Belay comme « le pilote de cette organisation ».

Sébastien Belay vise cette fois une réussite en tant qu'organisateur (Pollen Photos)

Sébastien, quelle a été le point de départ de ce Super 16 à Trévoux ?

« Je suis du secteur et il y avait peu ou pas de gros événements organisés ici, même si ça commençait avec le Super 16 féminin. La première intention était de faire plaisir aux gens du secteur avec une épreuve de cette dimension. L’autre intention était de montrer qu’on peut organiser un Super 16 en essayant de le dynamiser, sans pour autant avoir besoin des moyens de grands sponsors. Si on veut essayer de faire mieux, pourquoi ne pas le faire soi-même ? Il y a quelques idées dont je regrette qu’elles ne soient plus appliquées. C’est dommage qu’on les aient abandonnées et je voulais les remettre au goût du jour ».

Vous pensez à quoi ?

« Avant on peignait les boules en demi-finales, on n’a plus cette obligation en Super 16 et je trouve ça dommage. Pareillement, on va revenir aux zones de couleur dans les jeux pour différencier les cadres. On va essayer de faire vivre les parties avec l’intervention d’un animateur. On aura aussi une soirée samedi avec un menu aux couleurs de l’Espagne ».

Vous êtes allé jusqu’en Italie pour ramener du sable de couleurs, preuve que vous avez tout fait pour la réussite de votre organisation !

« Oui, mais j’étais en Italie pour des raisons personnelles et j’en ai profité. On n’a pas en France de carrière de marbre, et cela a permis d’éviter le coût de le faire livrer. Mais je ne vais pas faire croire que je suis allé spécialement en Italie pour ça ! L’occasion a fait le larron ».

Vous savez ce que vous voulez en tout cas : vous vous êtes inspiré du Meeting GDP Vendôme ?

« Je parlerais plutôt du Trophée Emile-Terrier, car on n’a pas les mêmes moyens de le GDP Vendôme. Mais l’idée, c’est d’essayer de faire chez soi avec ses moyens ce que d’autres comme Jean-François Gobertier ou Emile Terrier ont fait, et qui ont apporté de la dynamique aux boules. D’ailleurs je pense que le système de compétition du Super 16 la saison prochaine sera plus adapté à ce dont on a besoin, c’est à-dire se vendre auprès du public ».

C’est un investissement que vous avez l’intention de renouveler ?

« Oui et non. Oui l’envie est là, de participer à l’activité dans mon secteur, mais j’aurais envie de recommencer surtout si ça plait aux gens. C’est compliqué de vouloir faire bouger les choses, on entend moins d’encouragements que de réticences parfois… Personnellement, je serais évidemment ravi que ça suscite de l’enthousiasme dans le secteur, mais je ne le fais pas pour moi ».

C’est rare de voir des joueurs de haut-niveau s’investir ?

« Oui, mais parce que ça demande du temps, ça n’est pas facile, il faut mobiliser beaucoup de monde pour que ça marche. Il se trouve que je connais bien le maire de Trévoux, Marc Péchoux, le patron du bar-restaurant du clos, le Dix vins Lounge, qui nous ont beaucoup soutenus ».

Vous avez trouvé du plaisir à cette organisation ?

« Pas forcément en soi. Le plaisir, ce serait que les gens nous disent que ça leur a plu. Mais on ne sait pas ce que ça va donner, on va peut-être se manquer sur certaines trucs ! Il y aura aussi la météo du moment : on a prévu d’aller à Fareins en boulodrome couvert s’il pleut. Mais je vous préviens, il faudra que ce soit la tempête pour se déplacer, quitte à décaler des rencontres s’il le faut… Organiser, c’est comme jouer, il y a  du travail, de l’investissement, mais la récompense c’est la victoire du week-end. Quand on joue c’est pour gagner, quand on organise c’est pour réussir aussi, il est là le plaisir ».

redactionsportboules@gmail.com


>>>Classement du Super 16 
1.Gobertier (Annecy) 294 points 
2.Challamel (Rumilly) 225 
3.Bresciano (CRO Lyon) 222 
4.Baudot (Balaruc) 219 
5.Grail (CRO Lyon) 204 
6.Didona (St-Vulbas) 195 
7.Anglade (Balaruc) 168 
8.Verne (Aix-les-Bains) 153 
9.Beauregard (St-Vulbas) 126 
10.Chanel (Mts Tarare) 96 
11.Faure (Valencin) 96 
12.Mancuso (Maurienne) 93 
13.Balazuc (Joyeuse) 87 
14.Gondrand (Cotoise) 75 
15.Mollard (La Motte Servolex) 36 
16.Mouton (Port-des-Barques) 18

>>>Samedi 11 et dimanche 12
Entrée : 3€ (billet tombola compris)
Repas  sur place le midi
Soirée samedi
>>>Adresse
Jeux de la Boule Trévoltienne, Chemin du camping, Trévoux (centre ville)
En cas de fortes intempéries, les parties seront organisées au Boulodrome de Montferay Sports, Rue des Granges, Fareins





Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales