En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Pas de Mondial à Lyon: la réaction de l'adjoint aux sports
le 11-04-2019
par Rédaction Sport Boules
Yann Cucherat : "Un coup d'arrêt à une dynamique positive"

Yann Cucherat, adjoint aux sports de la Ville de Lyon, réagit à l’annonce que le championnat du monde de sports-boules 2019 ne se tiendra finalement pas comme prévu à Lyon. La compétition devait avoir lieu au Palais des sports en novembre.

Yann Cucherat lors d'un Gentleman bouliste à Lyon (BERNARD PHOTOS)

« J’ai été informé par un courrier de la Fédération Internationale, ainsi que par le président de la Fédération française, que cette compétition ne se tiendra pas à Lyon. Le courrier de la FIB ne m’éclaire pas vraiment sur les raisons qui ont amené cette situation. J’ai l’impression que les relations entre les deux Fédérations étaient un peu compliquées, ce que j’ai pu connaitre dans d’autres disciplines sportives, et ce qui me parait en première lecture un peu paradoxal puisque le président de la FIB est Français et que la FIB est une organisation dont les moyens structurels et financiers la mettent en position d’avoir besoin du soutien de la Fédération française.
J’essaie de comprendre mais il semble que la présence de Jean-François Gobertier dans l’organisation de ce championnat dérange à un certain niveau.
Je reçois très négativement cette annonce car le sport-boule lyonnaise fait partie de notre identité et de notre patrimoine à Lyon. C’est pour cela que le Maire de Lyon et moi-même avons toujours essayé d’être aux rendez-vous de cette discipline pour l’accompagner du mieux possible. Ce championnat du monde aurait dû être un grand rendez-vous.
Nous sommes forcément sensibles au fait qu’un investisseur comme Jean-François Gobertier vienne aider au développement du sport-boules, et ait pu proposer une compétition de qualité, un Mondial avec un accompagnement de nature à attirer un public beaucoup plus large que les seuls adeptes de la discipline. Même si je ne suis pas dans les coulisses de ce qui s’est passé, il nous semble que c’était dans l’intérêt de ce sport de pouvoir organiser un Mondial à un tel niveau. On ne peut donc très clairement que regretter que l’organisation attribuée à la France tombe à l’eau. 
Nous avions déjà organisé plusieurs compétitions avec Jean-François Gobertier et Fabrice La Posta, notamment ces étapes du GDP Vendôme sur la place Bellecour et au Parc de la Tête d’Or, qui nous ont permis de voir qu’ils apportaient un vent de fraîcheur à la discipline. Et surtout qu’ils étaient parvenus à fédérer tous les acteurs locaux et internationaux. Ils n’étaient pas seuls sur leur planète, mais au contraire ont cherché à s’ouvrir sur l’extérieur pour dynamiser et moderniser la discipline qui était dans l’essoufflement. Tous les ingrédients étaient réunis pour faire un grand championnat du monde et nous avions joué le jeu parce que cette compétition permettait de mettre en ligne et en valeur ce sport, ses champions et ses championnes.
Cela ne remettra nullement en cause nos rapports avec la FFSB ni avec GDP Vendôme Events, car ils ont toujours été honnêtes, transparents et clairs. Je trouve simplement que cela donne un coup d’arrêt à une dynamique positive qui s’installait et sur laquelle la Ville de Lyon avait envie de capitaliser. Un Mondial, c’est difficile à organiser sans des partenaires solides, et avec Jean-François Gobertier, on avait un partenaire d’une puissance extrême pour faire un super événement. Je regrette que la Fédération Internationale n’ait pas su saisir cette occasion ».


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales