http://www.ffsb.fr/page.php?P=fo/public/front/instance/index

Partenaires
   


Actualité

Coupe du Monde de tirs sportifs à Saint-Vulbas : J-2 avec Alexandre Chirat
le 06-02-2019
par Christophe Campiglia
Vendredi 08 et samedi 09 février prochain, à Saint-Vulbas, ils seront quatre mousquetaires à disputer la première Coupe du Monde de tirs sportifs. Dans un format totalement inédit, ils représenteront la France dans les épreuves du tir de précision, du tir progressif et du tir rapide en double, disputées en double mixte. La nation sera représentée par Barbara Barthet, Jennifer Gomez, Alexandre Chirat et Sébastien Belay, sous la conduite d'Emmanuel Bilon, sélectionneur national.

A la veille de former un groupe, nous les avons interrogé individuellement sur leurs impressions, avant ce rendez-vous international. Second entretien avec Alexandre Chirat.

Venez encourager vos Bleu(e)s !
Première Coupe du Monde mixte Sénior de tir sportif
Les 08 et 09 février 2019
Boulodrome Jean Védrine, rue Claires Fontaines, 01150 Saint-Vulbas

Alexandre Chirat lors de l'Euro Alassio 2018
(photo : Dante Bonino)

Quelles sont tes impressions avant de disputer cette toute nouvelle compétition pour la France ?
Cela fait toujours plaisir de porter le maillot de l'équipe de France, c'est important quand on est joueur. C'est une nouvelle compétition qui arrive. Nous allons voir comment elle va se dérouler. On part sans repères. J'y vais dans une bonne optique, pour faire de belles choses et avec l'objectif de rapporter de nouveaux titres..

Le format de la compétition en fait une compétition d'équipe ? Comment abordes-tu cela ?
Nous sommes un bon groupe. Avec Sébastien et Barbara, nous jouons ensemble, nous nous entraînons ensemble. Je connais bien Jennifer car Aurélie (Chirat) a joué à Bourg-en-Bresse à ses côtés. Le groupe aura son importance et cela va compter dans la compétition. Les épreuves se disputeront ensemble, elles seront mixtes. Nous serons soudés et cela apportera un plus à nos résultats dans cette compétition. 

La première Coupe du Monde de tirs sportifs se dispute au boulodrome Jean Védrine à Saint-Vulbas. Est-ce un avantage pour toi ?
Oui, c'est un avantage. Nous nous y entraînons deux fois par semaine, nous y disputons les matchs à domicile. Nous y avons des repères, cela est important même s'il y aura peut-être quelques changements dans la disposition du boulodrome. Après, cela n'empêchera pas d'avoir des adversaires en face, qui ont l'habitude de jouer à l'extérieur et qui ont déjà joué à Saint-Vulbas. 

Si les postes se sont pas encore officiels, on va supposer que tu vas disputer le relais mixte et le tir progressif. Qu'est ce que tu aimes dans ces épreuves ? Commençons par le relais mixte ?
J'aime courir à deux, j'aime courir avec quelqu'un. Je trouve la victoire plus belle à deux que seul. Lors du dernier Euro, j'aurais préféré gagner le tir rapide en double avec Fred (Marsens), plus que de l'emporter seul en tir progressif. J'aime partager les choses. Vendredi, courir à nouveau avec Barbara après la Chine, où nous avons vécu des moments exceptionnels et revivre cela en France, chez nous, à Saint-Vulbas, je trouve cela très beau. 

Et dans le tir progressif ?
J'aime cette épreuve car j'aime courir. Je suis un compétiteur. Après, j'ai appris que le tir ce week-end était sur trois alvéoles. Cela ne m'enchante pas et j'ai un peu de regret la dessus. Cela n'a rien à voir avec ce que l'on fait habituellement. Cela devrait réduire les écarts avec des nations : elles vont peut-être faire des résultats plus élevés car elles batailleront plus sur la totalité de l'épreuve. Mais je suis un compétiteur : je suis là pour çà et on m'a pris pour cela, je donnerai comme toujours le meilleur, même dans cette configuration.

Tes meilleurs souvenirs dans ces deux épreuves ? Commençons par le tir en relais mixte ?
Même s'il n'y en a qu'un, le Mondial en Chine reste un moment particulier : une première victoire dans cette épreuve était un grand moment. J'ai kiffé tous les moments, du début à la fin. Même après l'épreuve, ne jouant plus, les filles m'ont mis dans le groupe, elles m'ont intégré du début à la fin et je les en remercie.

Et en tir progressif ?
Le tir progressif, c'est un tout. Je suis compétiteur, dès que je manque une boule, cela m'énerve et je me dis que je peux toujours mieux faire. L'Euro Alassio 2018 me restera en mémoire jusqu'à la fin de mes jours je pense : faire 49/50 n'arrive pas tous les jours, alors en finale. Il y a aussi les tirs disputés lors de la Coupe d'Europe, gagnée avec Saint-Vulbas en 2018, notamment le 49/51 : ce sont des bons moments de boules.

Après, il me reste aussi les premiers titres obtenus en jeune : on ne te connait pas et tu gagnes un France Tirs, Ce sont les débuts et ils resteront aussi en mémoire.

Les changements étant autorisés dans les épreuves, es-tu éventuellement prêt à rentrer dans l'autre épreuve (le tir de précision) ?
Le tir de précision n'est pas mon domaine et Sébastien Belay fera largement le boulot. Je fais l'intérim quand il y a besoin. En cas de pépin, je suis capable mais chacun son poste, chacun ses objectifs, au service du groupe : les courses me vont très bien, les précisions sont pour les autres.

En savoir plus :

J-3 avec Barbara Barthet à partir de ce lien.

Le programme de la compétition sur fiboules.org.

André Casella, le président de Saint-Vulbas Sport Boules, vous présente en vidéo la compétition à partir de ce lien.

Des anneaux olympiques à Saint-Vulbas ? André Casella vous dévoile leur emplacement en vidéo à partir de ce lien.

"Travailler pour que le Sport Boules soit une épreuve olympique en 2024", la vision d'André Casella en 2017 sur leprogres.fr.

Pour les plus éloignés, la compétition en direct sur Dailymotion à partir de ce lien.



Info régionale

Régions :

Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales