En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

36ème Trophée Béraudier : avec les trois Bleus
le 13-01-2017
par Christophe Campiglia
Samedi 14 et dimanche 15 janvier 2017, Lyon Sport Métropole organise la 36ème édition du Trophée Charles Béraudier. La France sera représentée par Frédéric Ascenci, Sébastien Mourgues et Christophe Reyne. Nous avons interrogé les trois bleus sur le Béraudier et le maillot tricolore.

Frédéric Ascenci

Frédéric Ascenci
Evolue en club en Elite 1 à Balaruc-les-Bains
Evolue en trad en M1 à Balaruc-les-Bains (formation Anglade)

Que représente le Béraudier pour toi et as-tu un souvenir en particulier à nous raconter, en lien avec cette compétition ?
Le Béraudier, c'est simple, c'est LE concours en doublette de l'année. C'est le plus grand concours qui existe, avec les meilleurs joueurs mondiaux : les slovènes, les italiens,...et avec à leurs côtés les meilleures équipes françaises. Avec quatre nations présentes, dont la France, le Béraudier propose un superbe plateau. En tant que joueur, tu as envie d'y être.

Un souvenir ? Oui, c'est la finale perdue en 2007 avec Romain Garcia, contre René Canizzo, Vincent Lapertot et Bob Frérie. Nous étions en équipe de France, sans dire de bêtises en catégorie "espoir". C'est le souvenir qui m'a le plus marqué, une finale perdue au poteau contre la formation Canizzo, avec mon partenaire d'aujourd'hui, avec qui je joue en club et en quadrette à Balaruc-les-Bains.

Que représente le maillot bleu et peux-tu nous évoquer ton parcours avec ?
Déjà, de porter le maillot bleu, c'est une fierté. Mon parcours avec a été plus titré avec les -18 ans et les - de 23 ans. J'ai été champion du monde en simple et en tir de précision au Chili (2004) en -18 ans. En 2007, c'est en -23 ans à Dardilly en double avec Romain Garcia et en 2009, dans la même catégorie, à Nice en simple. Ce sera là ma troisième sélection en masculin pour le Béraudier.

Que t'évoque le fait de disputer ce week-end le maillot bleu sous le maillot tricolore ?
Je suis vraiment content de ma sélection. J'en avais déjà connu une il y a trois ans avec Alexandre Chirat sur cette compétition. Je suis très motivé pour y aller. Maintenant, il faut réussir à le montrer sur le jeu et être à la hauteur de l'événement. Si tu ne l'es pas, tu ne traverses pas les parties, vu le niveau de jeu produit. J'ai déjà évolué avec Sébastien (Mourgues) et avec Christophe (Reyne), c'est quelqu'un que j'apprécie, ce sera la première fois que je jouerai avec lui.

Sébastien Mourgues (photo : Emile Terrier)

Sébastien Mourgues
Evolue en club en Elite 1 à Saint-Vulbas
Evolue en trad en M1 à Saint-Vulbas (formation Didona)

Que représente le Béraudier pour toi et as-tu un souvenir en particulier à nous raconter, en lien avec cette compétition ?
Le Béraudier, c'est le concours phare en doublette de l'année. Vu le calendrier international de l'année, nous n'avons pas beaucoup de possibilités de se montrer avec le coq, quand tu as une sélection au tournoi Béraudier, c'est magique, il faut savourer.

Comme joueur, j'ai deux parties références qui vont rester de très bons souvenirs. La première, c'était d'ailleurs avec Frédéric Ascenci quand on était à Saint-Vulbas, nous avions battu la paire Janzic / Kozjek, lors de la phase de poule, au terme d'une partie monstrueuse, terminée sur le score de 7 à 6, avec un but de gagne que j'avais tapé pour conclure. La seconde, c'était l'année dernière avec Laurent Béraud contre Luigi Grattapaglia, Alberto Cavagnaro et Simone Nari. Nous n'avions quasiment pas eu de boules fautes avec Laurent pendant une heure trente, nous n'avions encaissé qu'un point. Deux grosses parties qui restent gravées, car tu prends un pied d'enfer : quand tu sors du terrain, tu es aux anges d'avoir réalisé la grosse partie.

Que représente le maillot bleu et peux-tu nous évoquer ton parcours avec ?
Porter le maillot bleu, c'est une consécration par rapport au travail accompli et aux résultats acquis. Je ne pense pas qu'il y ait un joueur qui regrette d'être sélectionné. Le seul regret que je peux avoir, c'est de ne pas avoir connu une sélection "majeure" (Europe ou Monde) en tant que coureur. Par rapport aux entrainements et à la préparation que j'avais pu avoir, cela m'avait mis un coup derrière les oreilles. C'est un regret de ne pas avoir pu défendre mon pays en tant que coureur.

Porter le maillot tricolore, c'est super motivant, c'est une grosse fierté, c'est le Graal.  Il ne s'agit pas de ma première sélection. En 2010, nous avions emporté le dernier tournoi quadrangulaire seniors, à Koper en Slovénie. J'ai aussi eu une sélection au Béraudier avec Jérôme Benoit et Danny Montels, nous avons perdu en demi-finale contre le double Majorel / Poyet, qui l'avait d'ailleurs emporté cette année. Sinon, aussi, j'ai fait les Jeux Mondiaux en tir progressif en 2009 à Kaohsiung (Taiwan) avec une médaille de bronze.

Que t'évoque le fait de disputer ce week-end le maillot bleu sous le maillot tricolore ?
Il n'y a pas de pression particulière. Je crois que comme pleins d'autres, je joue par passion et par plaisir. De jouer avec le maillot bleu, ce n'est pas une pression supplémentaire, c'est une fierté. Je suis fier de porter les couleurs de mon club, mais avec le maillot bleu, c'est encore un degré au dessus : avec fierté et une grosse motivation. Avec Frédéric (Ascenci), on se connait presque par coeur pour avoir joué plusieurs saisons ensemble. Christophe (Reyne), je le connais un peu moins mais c'est un gentil garçon. Je pense que l'équipe va être sympa. Avec une poule "pas mal", nous allons vite rentrer dans le vif du sujet, nous verrons bien. 

Christophe Reyne (photo : cbd07.fr)

Christophe Reyne
Evolue en club en National 2 à Annonay
Evolue en trad en M1 à Lyon Sport Métropole (formation Bilon)

Que représente le Béraudier pour toi et as-tu un souvenir en particulier à nous raconter, en lien avec cette compétition ?
Le Béraudier, avec Bellecour, les championnats de France, ce sont des tournois d'exception auxquels nous avons toujours envie de participer. Avec hâte et motivation pour des tournois comme cela. Cela reste un grand tournoi que l'on a la chance de faire. C'est compliqué d'y participer mais quand on a la chance d'y être, il faut y aller à fond. 

Deux souvenirs : le premier a été d'avoir la chance de le gagner pour ma première participation. Cela reste un superbe souvenir pour moi. C'était en 2011 avec Gérard Condro et Jean Perrier. Le second est d'avoir eu la chance également de le disputer avec mon frère Yvan (Reyne).

Que représente le maillot bleu et peux-tu nous évoquer ton parcours avec ?
Comme tous les sportifs et comme tous les français je pense, le maillot bleu c'est la fierté de le porter, au moins une fois dans sa vie. C'est ma première sélection donc je pourrais dire maintenant que je l'aurai porté !

Le maillot bleu, c'est aussi les équipes de France. Je m'intéresse à tous les sports et en particulier aux boules et je m'intéresse aux résultats des équipes de France, que ce soit les filles, les jeunes parce que nous avons aussi des jeunes par chez nous qui sont sélectionnés, et l'équipe de France masculine parce ce sont tous des collègues, certains amis. C'est génial de pouvoir suivre leurs parcours dans les championnats d'Europe ou du Monde auxquels ils ont la chance de participer. C'est bien de pouvoir les suivre et de les encourager.

Que t'évoque le fait de disputer ce week-end le maillot bleu sous le maillot tricolore ?
C'est une récompense de pouvoir jouer en bleu. Honorer ma première sélection lors du Béraudier, c'est génial car c'est un superbe tournoi avec de superbes joueurs. J'adore jouer là-bas. On a eu la chance avec Patrick Verne de gagner deux fois le Super 16 organisé à l'époque par l'ASCUL (aujourd'hui Lyon Sport Métropole) et une fois donc le Béraudier. J'adore jouer dans ce boulodrome. En même temps, je te dirai peut-être plus cela si je suis mauvais ou si cela se passe mal ! Mais au jour d'aujourd'hui, c'est le cas. 

Parfois, il y a des endroits où l'on préfère jouer plutôt que d'autres, des clos que l'on aime bien, où l'on tire mieux que dans un autre. J'aime bien jouer là-bas et y jouer en bleu, c'est une récompense d'honorer ma première sélection lors de ce superbe tournoi. Je suis ravi de jouer avec Frédéric (Ascenci) et Sébastien (Mourgues). On se cotoye toute l'année lors des Super 16, parfois autour d'autres compétitons. Je pense que cela va bien se passer.

En savoir plus :

36ème Trophée Charles Béraudier
Samedi 14 (13h30) et dimanche 15 janvier 2017
Clos Galsem, 31 Cours Général Giraud, 69100 Lyon

Le 36ème Trophée Charles Béraudier en direct sur Sport Boules DIFFUSION.

Le palmarès du Trophée Charles Béraudier sur Bocceinvolo.it.


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales