En cas de problème d'affichage, actualisez votre page :
CTRL + F5


Trouver un club

Agenda




Partenaires
   
Actualité

Boule Lyonnaise, Raffa Volo...et Boule Bretonne
le 07-09-2016
par Christophe Campiglia
Après l'éclairage de la Raffa Volo en août dernier, à l'occasion de la première Raffa Cup France à Coucouron, faisons connaissance pour cette fin de saison avec la boule bretonne. Affiliée comme la Raffa Volo à la Fédération Française du Sport Boules depuis bientôt un an, découvrons cette pratique très répandue en Bretagne avec Dominique Ollivier-Jouanard, président du Comité National de boule bretonne. Une présentation en deux parties.

Pratique de la boule bretonne en campagne
(photo : muséedelaboule.com)

Quelle est l'histoire de la boule bretonne ?

Le jeu de boules est attesté en Bretagne dès le Moyen Age et ses règles ne diffèrent pas profondément de celles des autres jeux européens : il s'agit, en faisant rouler sa boule, d'approcher au plus près d'un "cochonnet" ou "petit ". On peut chasser la boule de l'adversaire "à roule" ou "à poque".

Ce jeu fut d'abord pratiqué en campagne, dans les chemins creux, dans les cours de ferme ou encore aux abords des côtes, sur les dunes. Les hommes se retrouvaient le soir, après une dure journée de labeur, avec des boules en bois, en frêne, chêne, orne ou buis, fabriquées par des sabotiers. Malheureusement, elles vieillissaient mal, elles se déformaient, se fendaient et même éclataient sous l'action de chocs violents. Les terrains naturels étaient plus ou moins aménagés et la distance de jeu variait entre 15 et 30 mètres.

Le jeu évolua au cours du 19ème siècle : l'exode rural et les moyens de communication permirent à la boule bretonne de s'implanter dans les villes. Les cafés, pour fidéliser leur clientèle mirent en place des allées sablées de 16 à 18 mètres de longueur sur 3 mètres environ de large, délimitées  par des planches.

Extraordinaire attitude d'un joueur de boule bretonne

Sur fond d'échanges culturels dus à la politique coloniale de la France, les marins bretons rapportent un bois extraordinaire de pays tropicaux comme Saint-Domingue, le Gabon ou encore la Côte d'Ivoire, dense et dur comme du fer : c'est le gaïac, qui posséde des qualités autolubrifiantes pour certaines pièces de bateaux, comme les paliers d'hélices. Les ouvriers des chantiers et des ports ne tardèrent pas à l'utiliser : il va finalement détroner le buis sur les allées de boules.

Dans l'entre deux guerres, avec l'arrivée des congés payés, la pratique de la boule bretonne connait un essor sans précédent. Chaque café se dote d'une allée de boules autour de laquelle tous les hommes et aussi les enfants du village se rassemblent le dimanche et le soir, après la journée, pour jouer d'interminables parties conviviales, qui se prolongent souvent jusqu'à la tombée de la nuit.

Dès les années 50, c'est la boule de résine, importée du Piémont d'Italie, qui va se répandre rapidement dans les allées. Le diamètre de la boule bretonne pouvait varier de 90 à 125 mm, le poids allant de 500 grammes à 1000 grammes .

Boulodrome extérieur de boule bretonne

Où en est la Boule Bretonne aujourd'hui ?

Au début de ce millénaire, la boule bretonne reste bien implantée en Bretagne. Elle est pratiquée par toutes les tranches d'âges, par les hommes comme par les femmes et les enfants. Les municipalités n'hésitent pas à investir dans la construction de boulodromes.

Le coût d'un bâtiment revient aujourd'hui autour de 200.000 euros. Ces boulodromes sont très appréciés par les ainés ruraux, qui voient là un lieu de rassemblement possible toute l'année. 

La boule bretonne, un jeu...coloré

Quelles sont les grandes spécificités du jeu ?

Le règlement actuel spécifie que le jeu sous-main est interdit. La dimension des jeux est une longueur minimum de 16m et de maximum 18m, la largeur du jeu devant être d'un minimum de 3 mètres. La fixation du pal (ligne de lancer) est à 1,50 mètres de chaque extrémité du jeu.  Le joueur doit avoir les deux pieds dans le mètre cinquante lorsqu'il "pose". Cette distance de 1,50 m est matérialisée sur les bords du jeu. 

Les limites de placement du "petit" ou"cochonnet" au lancer est une longueur minimale égale aux 2/3 de celle du jeu et à maxima à 1,50 m de l'extrémité du jeu et à 0,50 m des côtés. Seuls deux pas sont autorisés pour le tireur à condition d'avoir un pas au fond de l'allée lorsqu'il s'élance. Une boule qui touche le fond de l'allée et qui revient à plus d'un mètre est annulée.

Le diamètre de la boule varie de 93 à 102 millimètres  et son poids varie de 630 à 1000 grammes. La dimension du "petit " ou "cochonnet" est de 30 à 40mm, en bois, matière synthétique ou même en métal.

A suivre...jeudi 08 septembre 2016.

En savoir plus :

Tout savoir de la pratique avec le site laboulebretonne.free.fr.

Plus de 400 visites / semaine pour la boule du Trégor.
(site exclusivement consacré à la boule bretonne)

Dominique Ollivier Jouanard (à droite) lors de l'assemblée générale
de la Fédération Française du Sport Boules en février 2016


Fédération Française du Sport Boules - Crédits : Stadline - Mentions légales